samedi 31 décembre 2011

Exposition de Mireille Liénard "Rubedo"

Diplômée de l’ESAPV de Mons et de La Cambre, Mireille Liénard présente à Namur une installation monochrome rouge Rubedo, en référence à l’univers de l’alchimie et à l’Œuvre au Rouge, ultime étape du Grand Œuvre réalisé par l’alchimiste.
Mireille Liénard vit et travaille entre la Belgique, la France et la Belgique.
Elle a obtenu le Prix de la Jeune sculpture.
Ses œuvres figurent dans diverses collections privées et publiques : Musée d’Ixelles, BAM (Mons), Musée des Beaux-arts de Charleroi, collection de  la Fédération Wallonie-Bruxelles …
Elle a participé à de nombreuses expositions au Musée Ianchelevici, au BAM, au Botanique,  au Musée d’art wallon, au centre Wallonie-Bruxelles (Paris), au Grand-Hornu, au Musée d’Ixelles, à celui de Louvain-la-Neuve etc.

Les globules rouges sont à la base de l’installation. Ceux-ci se transforment au gré de mouvements imaginaires. A l’issue de ces transformations, la forme suggérée est le triscèle, symbole du mouvement perpétuel, de la rotation, de la vie mais aussi de la stabilité. Le matériau utilisé est un tissu rouge écarlate, du type « laine bouillie », qui possède un certain relief, une épaisseur visuelle, une douceur tactile, une véritable sensualité.

 « Le rouge est l’une des couleurs les plus ambivalentes. Si d’instinct nous l’associons au corps humain, à la chair, au sang, lui conférant le statut de couleur organique, vivante, le rouge incarne également le sang de la mort. Il est le lieu de toutes les dualités, de toutes les équivoques rendant son investigation particulièrement riche, puissante, intrigante.
Si  la couleur rouge est synonyme de séduction, attirance, amour, passion, magnificence, elle peut également être signal de danger, d’interdit ou encore incarner le crime, la guerre, le feu, l’immoralité, le matériel, la prostitution, l’enfer,… » (Texte de Céline Gerin dans Mireille Liénard, L’œuvre au Rouge).

Nourrie de philosophie grecque, Mireille Liénard relie son installation namuroise aux réflexions d’Empédocle, philosophe grec d’Agrigente au V
ème siècle avant JC :
« Le Tout résulte d’une combinaison variable de plusieurs éléments. Ces éléments ne sont ni créés, ni détruits, ils s’assemblent ou se séparent, entraînant dans leurs mouvements la transformation des choses qu’ils constituent. Ces mouvements sont la résultante de leurs attractions et répulsions réciproques. Parfois intimement mêlés, parfois violemment séparés. La vie n’est donc pas une propriété spécifique de certains éléments mais bien l’accumulation de leurs caractères. » 


Lieux-Communs
Vitrine artistique – Gare de Namur
Place de la station, 1 à Namur


Patricia Mathieu "Portraits d'artistes"



Dans le nouvel espace d’exposition créé au sein du cinéma Caméo 2 , Lieux-Communs présente l’exposition « Portraits d’artistes » de

Patricia MATHIEU

La photographe, Patricia Mathieu, nous emmène à la rencontre de peintres, photographes, cinéastes, vidéastes, plasticiens, sculpteurs … La liste est impressionnante de Gilbert et Georges à Christian Boltanski en passant par Delphine Boël, Ulrike Bolenz, Jacques Charlier, Wim Delvoye, Bouli Lanners, Johan Muyle, Luc Tuymans, Jacques Villeglé ...et beaucoup d'autres...
Dans certains de ces portraits, nous apercevons les créateurs devant leurs œuvres ou dans leur atelier.
A travers quelques clichés, cette exposition explore aussi la thématique de l’atelier dans l’art contemporain. L’atelier fait pénétrer le spectateur dans l’univers secret de la création. En découvrant ces lieux, il se glisse dans l’intimité de l’artiste et a un autre regard sur les œuvres.


Jacques Charlier

 
Braquer l’objectif sur l’univers de la création et de l’expérience artistique  à travers des portraits, au gré des rencontres,  est aussi au cœur de  la démarche de Patricia Mathieu . Sur le site de Patricia Mathieu, Jacques Charlier écrivait tout récemment : « La passion, la gentillesse, la continuité, le talent, l’obstination sont quelques unes de tes armes favorites. Les artistes n’y résistent pas, ils savent que tu fais partie des rares complices qui veulent écrire leur histoire »

Jacques Charlier, Patricia Mathieu et Kikie Crêvecoeur




Exposition du 7 janvier 2012 au 8 février 2012

Galerie Short Cuts Lieux-Communs
galerieshortcuts@hotmail.be
O476/958.376


 


vendredi 25 novembre 2011

Marika PIEDBOEUF "L'arbre et la forêt"


En partenariat avec l’asbl Les 400 coups, Lieux-Communs ouvre un nouvel espace d’exposition, la galerie Short Cuts, au sein du cinéma Caméo 2.

Exposition inaugurale : Marika Piedboeuf
 « L’arbre et la forêt »
du 8 décembre 2011 au 4 janvier 2012

Diplômée de l’Insas et de l’ULB, Marika Piedboeuf est active depuis une dizaine d’années dans le paysage cinématographique.
Elle a été scripte de nombreux films dont Le Couperet (Costa-Gavras), La raison du plus faible (Lucas Belvaux), La face cachée (Bernard Campan) ainsi que Le fils, L’enfant, Le silence de Lorna, Le gamin au vélo …des frères Dardenne.  Elle présente à Namur sa série photographique « L’arbre et la forêt » : " Depuis l’enfance, j’ai toujours aimé être ballotée en voiture. Les paysages que je voyais  défiler m’hypnotisaient par leur fulgurance et leur immensité. Tous ces lieux déserts et pourtant si beaux, la rapidité de leur apparition et disparition, tout ça m’impressionnait et me berçait en même temps. J’avais trouvé l’espace rêvé pour laisser divaguer mon imagination. Une histoire en cachait une autre, comme l’arbre et la forêt."



Concernant sa démarche artistique,  Marika explique qu’elle a appris à photographier et à monter durant ses études à l’INSAS: " En salle de montage, chercher les raccords d’un film, c’est s’interroger face à une multitude d’images dont le mouvement a été stoppé net. Familiarisée à ce type d’images que le spectateur ne verra jamais comme telles, je me retrouve souvent intriguée par la forme et l’univers que certains photogrammes dégagent une fois arrêtés. Seuls. Mon travail photographique est parcouru par ce même motif. Il se concentre sur la fugacité de mouvements qui nous échappent, l’éclat d’un moment gracieux, des paysages éclairs."

Galerie Short Cuts
 

vendredi 18 novembre 2011

Rohan Graeffly et Brice Maré XXMASS-MURDER


Lieux-Communs présente l’installation  « XXMass-Murder »  de Rohan Graeffly et Brice Maré.
Cette intervention détourne avec beaucoup d’ironie les codes traditionnels de l’imagerie de Noël.
MERRY CRISIS AND A HAPPY NEW FEAR


Diplômé en photographie de  la Cambre,  Rohan Graeffly est un artiste pluridisciplinaire, qui travaille non seulement sur l’image, l’objet, mais également sur le son ou le texte. Ses œuvres poursuivent la plupart du temps une même idée: celle de l’identité et du souvenir.  Dans ses travaux récents, une toute autre dimension est développée à travers des mediums multiples : un regard iconoclaste sur les pouvoirs régissant la condition humaine au travers du prisme d’un humour décalé, parfois grinçant.
Rohan Graeffly a exposé au Centre d’art contemporain du Luxembourg Belge, au festival Argos, au BPS 22, au centre Wallonie-Bruxelles à Paris, au FRAC de Basse-Normandie etc.



Brice Maré est un jeune artiste français, vivant à Paris,  diplômé de l’Ecole supérieure d’arts de Rueil-Malmaison. Il a exposé en 2010-2011 à Andrésy (Sculpture en l’ïle), au Domaine national de Saint-Germain-en-Laye (Rendez-vous aux jardins), à Strasbourg (Sans Conservateur), Mulhouse, au château de Rueil-Malmaison…
"La typographie est le point de départ du processus graphique que je mène depuis 2004. Partant d'une typographie que j'ai réalisé, j'ai extrait des empattements.Ils sont ensuite combinés, associés et répétés. Ces empattements, que j'exploite comme des modules, sont de base carrée et ils vont générer un motif géométrique. Je construis ainsi manière symétrique des motifs en recherchant les combinaisons les plus harmonieuses.C'est comme une multitude de signes"



Exposition du 10 décembre 2011 au 11 janvier 2012
Lieux-Communs, vitrine artistique, Place de la station, 1
5000 Namur

jeudi 13 octobre 2011

Cédric Noël "big bang périodique"

Du 22 octobre au 7 décembre 2011, Lieux-Communs présente l’exposition de Cédric Noël « big bang périodique ». Cet artiste français, né en 1978 et vivant à Bruxelles, a obtenu en 2007 le Prix Langui de la Jeune Peinture Belge. Son travail a recours à la vidéo, l’installation, la performance,  le collage …
Il a participé à de nombreuses expositions : « La Belgique visionnaire » (Bozar, 2005), « Ein reich » présenté à la Biennale d’art vidéo Contour 2007 , « Over the rainbow » (Lille 2008 et Nantes 2009), « Dekoderis »  au Centre d’art contemporain de Vilnius etc.

Pour son exposition personnelle à Lieux-Communs, il a produit  un projet  spécifique «big bang périodique ». Le dispositif d’exposition est constitué de  trois posters et d’une vidéo.
Toutes les images sont issues de magazines scientifiques. Les trois posters (au format 175 x 230 cm )  sont des Unes modifiées du magazine "Science et Vie". Les textes qui entourent les images sont dissimulés afin de restituer une certaine autonomie à l'image.


La vidéo, dont les  images proviennent de l'intérieur de magazines scientifiques, est un diaporama conçu comme un album d'images dont les transitions, d'une image à l'autre, s'animent comme les pages d'un livre!
Le projet big bang périodique  s’intéresse aux représentations de modèles scientifiques dans les médias imprimés. Le big bang est une extraordinaire explosion. Il est surtout un événement contradictoire dont l’image est fréquemment bouleversée. La dynamique du progrès entraîne une production d’images changeantes puisque la représentation d’un objet varie au rythme du savoir qui le déforme.
«  Je mène une investigation autour de la production d’images par l’imaginaire.  Cette recherche s’exprime dans différents médiums et particulièrement en vidéo, installation et performance. Avec ces outils, je construis des systèmes, des situations, des jeux qui stimulent l’imagination. Mes travaux fonctionnent avant tout comme des générateurs d’images » Cédric Noël
Un article concernant cette exposition paraîtra dans le prochain numéro de la revue « L’art même ».

« I’m carrying out an investigation on the production of images by the imagination. This study is being developed in different media, especially in video and installation.
Inspired by techniques used in the theatre such as improvisation, I like to overthrow an image by words.
I construct systems, situations or games which function above all as image-generators. Often the spectator’s imagination is engaged, underlining the idea that the reception of an experience is a step in its creation. Recently, I worked with researchers in the field of cognitive sciences questioning mental imagery and representation in relation with langage” CN

Exposition du 22 octobre au 7 décembre 2011
Lieux-Communs, Place de la station, 1
5000 Namur

mercredi 28 septembre 2011

Un air de Wallonie

Lieux-Communs présente à l’Hospice Saint-Gilles à Namur (Parlement wallon) du 7 septembre au 23 décembre 2011  « Un air de Wallonie ». Cette exposition offre un large panorama et un éclairage inédit de la création actuelle en Wallonie.


Autour de grandes figures qui ont participé à la Biennale de Venise, de valeurs sûres et de créateurs bien présents dans les expositions internationales, « Un air de Wallonie » permet de découvrir une scène artistique bouillonnante, en phase de renouvellement et pleinement ancrée dans les questionnements artistiques et sociétaux de notre époque.
Les œuvres présentées vont de l’installation à la peinture en  passant par la photographie, la sculpture, la gravure, le dessin


Jacques CHARLIER "Chaque jour la Belgique change la France"
 
« Un air de Wallonie » offre un regard pluriel et polymorphe à l’image de la création d’aujourd’hui. L’exposition confronte des approches artistiques, des modes d’expression et des techniques variées.  Il y a malgré tout peut-être un air de famille entre certains de ces artistes comme si le fait d’être né ici, d’y vivre ou d’y être d’une certaine façon attaché créait parfois une complicité dans le regard sur l’art et le monde.
La scénographie sobre d’ « Un air de Wallonie » met en valeur cet exceptionnel espace classé de l’hospice Saint-Gilles. Sa bibliothèque offre aux artistes des « alcôves » parfois utilisées comme des cabinets de curiosités créés spécialement pour l’exposition. Directement inspirés par le lieu, des artistes évoquent le savoir, l’univers du livre, le journal intime, le signe ou le signet.

Jean-François Octave "Ma vie VS Le Moniteur"
 Dans une sphère intimiste, certains travaux explorent le rapport au corps, à la sensualité, le portrait, l’enfance…
L’humour parfois iconoclaste, revisitant l’esprit du surréalisme ou de Fluxus,  est un des communs dénominateurs de la création actuelle en Wallonie. « Un air de Wallonie » aurait aussi pu s’intituler «  Ceci n’est pas une exposition d’art de Wallonie »…
Le regard est volontiers critique sur le monde de l’art et sa marchandisation croissante.
Certaines œuvres abordent la notion mouvante d’identité. Des créateurs questionnent  les enjeux environnementaux et interrogent les paysages industriels, fluviaux ou ruraux.
D’autres revisitent le(s) voyage(s) et quelques pays marqués au XIX siècle par la présence technologique wallonne.
Une caractéristique présente est également d’explorer (de faire exploser ?) les limites de l’art et de créer un lien fort entre la pratique artistique et la vie : des créateurs en marge et en marche.
Une occasion donc de découvrir des créateurs ainsi que leur pratique toujours joyeuse et passionnée de l’art.
Au gré des rencontres, des confrontations, des parallèles, chaque visiteur pourra ainsi se créer ses repères,  son propre paysage de la création actuelle en Wallonie. Ouverte de septembre à décembre exactement 80 jours, « Un air de Wallonie » vous convie donc au tour du monde de l’art contemporain en Wallonie.


Elodie Antoine Paysage nucléaire



Emily Hoyos, Présidente, et Anne De Gand, Echevine de la culture à Namur


Mady Andrien, Elodie Antoine, Annie Brasseur,  Jacques Charlier, Alexandre Christiaens, Jérôme Considérant , Gérald Dederen, Delphine Deguislage,  Barbara Dits, Isabelle Francis, Rohan Graeffly,  Michaël Guerra, Chantal Hardy,  Philippe Herbet, Louise Herlemont, Katherine Longly, Didier Mahieu, Jean-François Octave, Nathalie Pirotte, Pierre Radisic, Lucia Radochonska , Romina Remmo, Véronique Renier,  Dorothée Van Biesen, Thierry Verbeeck, Cathy Weyders.

Exposition du 7 septembre au 23 décembre 2011
Hospice Saint-Gilles ( Parlement wallon)
Rue Notre-Dame 1 5000 Namur
Accès par l'accueil du Parlement wallon

Ouverture du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h.


Delphine Deguislage Héraldique

Jean-François Octave partie de l'installation "Ma Vie VS Le Moniteur"



Philippe Herbet "Femme de dos au manteau de léopard"



Nathalie Pirotte Lionne



Gérald Dederen

Dorothée Van Biesen

Jérôme Considérant



Katherine Longly Série Vivons cachés




Pierre Radisic Série Corps célestes 

Art Namur 2011


Lieux-Communs organise la seconde édition d’Art Namur  les 8 et 9 octobre 2011.   Dans ses diverses initiatives, Lieux-Communs souhaite faire découvrir dans des espaces inédits l’art contemporain à un large public. Cette philosophie est au cœur d’Art Namur qui aura lieu dans un espace central et symbolique de la ville : la gare de Namur. L’aile Chiny, de grande qualité architecturale, sera exceptionnellement accessible et investie par les créateurs.
Art Namur n’invite pas, comme d’autres foires,  des galeries mais directement les artistes. Une vingtaine de créateurs émergents, représentatifs de la création actuelle, ont été sélectionnés et conviés par Lieux-Communs.
Les approches artistiques sont plurielles et variées. Ces artistes sont un reflet de la création actuelle dans différents domaines : photographie, peinture, dessin, techniques mixtes, sculpture, gravure … Ils sont présents tout au long du week-end pour expliquer leur pratique artistique aux visiteurs.

Artistes participants :
Nadine ABRIL, Stefanie BOURDON, Anne BRUNET, Olivier CALICIS, François Xavier DEFOSSE, Grégoire FAUPIN, Laure GERVAIS, Pascaline GONRY, Jeroen HOLLANDER, Samuel LALOUX, Aurore MULLENDERS, Petko OGNYANOV, Anne-Françoise QUOITIN, Karl RENARD, Olivier SEBASONI, Caroline SERVAIS, Pauline TONGLET, Magda ULRYCH, Monique VOZ,  Xavier WARRANT .



Grégoire Faupin

Anne-Françoise Quoitin

Jeroen Hollander

Petko Ognyanov
Stéphanie Bourdon

Laure Gervais


Caroline Sevais

Aurore Mullenders
Magda Ulrych
Pauline Tonglet
Xavier Warrant

 
Gare de Namur, Place de la Station, 1  les 8 et 9 octobre de 10 à 18 h. Entrée gratuite.
Renseignements :  lieux-communs@hotmail.com

Louise Herlemont : Réverbérations

Lieux-Communs présente dans la vitrine de la gare de Namur l'exposition "Réverbérations " de Louise Herlemont jusqu'au 20 octobre 2011.

La vidéo présentant un drapeau transparent a été réalisée en 2000 à l'occasion d'une exposition itinérante à Liège, «World wild flags » et refilmée en 2011 pour l'installation actuelle.

"Mais comment intervenir dans un espace saturé de reflets ? J'ai choisi la réverbération du son. Il s'agit d'un drapeau qui ne veut pas en être un... « Transe-lucide », il claque. Intemporel et international, il se fait entendre. Sans teinte, synthèse de toutes les couleurs du spectre, il reflète la lumière, ses arguments qu'il laisse souvent transparaître.
Je voulais que l'intervention puisse être captée lors d'un passage, qu'elle suggère plus qu'elle ne raconte. Que le drapeau soit à peine visible, perdu dans les reflets de la vitre, ses propres reflets, qu'il ne s'impose que par la revendication du son, parfois aussi noyé dans les bruits de la ville. Le quartier de la gare saturé  évolue au cours de la journée : le vacarme y est assourdissant, la lumière forte et l'image omniprésente. Lorsque la ville s’éteint, l'intervention se précise, elle devient visible et audible. Esseulé, le drapeau se révèle."

Louise Herlemont

Vitrine artistique visisble en permanence jusqu'au 20 octobre 2011. 
 


lundi 8 août 2011

Installation/Performance de Thierry Verbeeck

Insérer l’art dans le quotidien est au cœur de la philosophie artistique de Lieux-Communs.
En partenariat avec la SNCB, Lieux-Communs a invité le plasticien Thierry Verbeeck à présenter successivement dans le hall de la gare de Namur quatre installations interactives où chacun est invité à sortir de son rôle de « spectateur » pour écrire ou dessiner sur l’œuvre. Déjà exposée à Bozar, la démarche artistique de Thierry Verbeeck questionne les bouleversements induits par les nouveaux médias au niveau de la création, du travail, des relations humaines, du quotidien…
Chaque œuvre est exposée une semaine. A la fin de celle-ci, l’œuvre devenue création collective est photographiée par l’artiste et remplacée par la suivante.



Les photos de cette performance seront ensuite visibles sur les sites  www.thierry-verbeeck.be et www.lieuxcommunsnamur.com
La première de cette performance aura donc lieu à Namur mais l’œuvre est déjà appelée à voyager ensuite  aux Pays-Bas, en Espagne etc

Hall de la gare  de Namur, Place de la station, 1 5000 Namur du 1er au 30 septembre 2011.

dimanche 7 août 2011

"Les Estivales ", l'art contemporain en bord de Meuse...

En partenariat avec les ports de plaisance de Namur, Lieux-Communs organise un cycle d'expositions "Les Estivales" dans les capitaineries des ports de Jambes et d'Amée, du 1er mai au 17 septembre 2011.
Ces expositions sont aussi un prétexte de balade d’un lieu à l’autre…le long des berges …à pied ou en vélo. Des œuvres qui modestement amènent à la (re)découverte d’un fleuve fascinant, de ses richesses naturelles et patrimoniales. Ces expositions dans des lieux insolites correspondent à  la philosophie artistique nomade de Lieux-Communs, qui souhaite faire découvrir l’art contemporain à un large public.
  
Emmanuelle Devaux « Paysages » du 1 mai au 27 mai
Karl Renard « Photo-Univers » du 28 mai au 24 juin
Anna Zuber « Autoportraits » du 25 juin au 22 juillet
Caroline Servais « Traces » du 23 juillet au 19 août
 
Formée à l’Académie des Beaux-arts de Namur, Caroline Servais a participé à différents événements artistiques comme « Chambres avec vues » et « Art Namur ». Elle a présenté  cet été à Wanze une installation : « L’arbre de printemps ».
Son approche artistique présente des filiations avec l’œuvre, récemment présentée au Mac’s, du sculpteur Giuseppe Penone. Dans le cadre des  Estivales, l’exposition de Caroline Servais  intitulée « Traces » évoque les empreintes, suggère les vestiges …

« Ma principale source d’inspiration est la nature. J’y trouve aussi mon matériau de base, le bois. Par la forme ou la finition, je tente de conserver un lien avec la pièce d’origine. Je modifie celle-ci en partant souvent d’une imperfection, d’une fissure. La sculpture pourra par la suite être associée à une autre pièce pour parler d’équilibre, de vide, de plein… » Caroline Servais

Adresse mail : caroservais@yahoo.co.uk

Aurore Mullenders « Entre Temps » du 20 août au 17 septembre


Pour « Les Estivales », Aurore Mullenders présente un nouveau travail photographique « Entre temps », des diptyques de  portraits/paysages portant comme titre l’âge en jours de la personne photographiée.  
En filigrane, ces photographies portent une réflexion sur les cycles naturels ou sociétaux, l’évolution constante des paysages qui ne sont ni figés ni intemporels, l’empreinte humaine sur la nature…
Ces photographies  (se) jouent aussi des contrastes entre l’urgence du quotidien et une forme de sérénité ancrée dans la durée. Les portraits avec leur titre en jours chiffrés rappellent  le travail de Roman Opalka, récemment  disparu

« 7219 jours, 19511 jours,  10228 jours, 29567 jours, 2961 jours, 15629 jours, … des âges hors de nos conventions temporelles.
Des portraits sans artifice, empreintes d’un vécu.
Des paysages représentant la nature cyclique,  symbole d’une vie en perpétuelle évolution.
Entre temps est une corrélation d’éléments témoins de mon intuition sensible de la perception temporelle » Aurore Mullenders

lundi 4 juillet 2011

Femke GERESTEIN "THROUGH THE LOOKING-GLASS"



« Through the Looking-glass » («  De l’autre côté du miroir ») est le titre intriguant de l’exposition présentée à Lieux-Communs par l’artiste néerlandaise Femke Gerestein.
Ce titre fait référence à Lewis Carroll, un des auteurs préférés de Femke Gerestein. Celle-ci  expose à Namur  ses dessins les plus récents : une série de dos féminins. Femke a travaillé pour cette série le grand format : un format qu'elle utilise de plus en plus fréquemment et aussi tout à fait adapté aux vitrines artistiques de Lieux-Communs.
Le spectateur aperçoit le dos de personnages féminins, de jeunes femmes à l’image de l’artiste. Monumentales, ces « figures » de femmes sont aussi vulnérables dans leur nudité. Elles  attirent le spectateur vers elles mais elles se sont retournées et ne laissent pas le passant entrer totalement dans leur univers. Dans ce travail de Femke explorant les frontières entre dévoilement et monde intérieur, les femmes semblent avoir la nécessité de cet espace personnel formé par leur propre corps. Parfois, elles disparaissent  ou se réfugient même en lui.
La technique de dessin est presque celle d’un sismographe : les lignes dessinées enregistrent et décrivent l'émotion, la force ou l'endurance avec lesquelles l’artiste les dépose sur le papier
                                                 
Femke Gerestein (née en 1982 à Middelburg en Zélande ) est diplômée de l'Académie des Arts de Breda. Femke a développé un imaginaire artistique fortement marqué par le dessin et fait partie des créateurs émergents des Pays-Bas. Ses dessins construisent un univers subtil, ambigu et trouble. Les aspects sensibles ou sensuels  du dessin attirent le spectateur mais en même temps celui-ci est aussi maintenu à distance.
Après de nombreuses expositions aux Pays-Bas, « Through the looking-glass  » est la première exposition individuelle de Femke Gerestein en Belgique.




In Femke Gerestein's recent work she has developped a preference for drawing. The energy she puts into the drawing is reflected in the piece. The theme of Femke's work is not just the object of the drawing, but also the drawing itself. Lines are usually subtle, but the picture as a whole is quite prominent. The sensitive aspect welcomes the viewer to come closer. The physical character keeps you on a distance, again an ambiguous aspect.
In Gerestein's latest drawings she uses figures, usually young women like herself. The drawings are large, thus have a strong presence. The viewer has to look up to them. At the same time, the women are very vulnerable, sometimes naked even. Again, the drawings attract the viewer, but once you get closer they don’t allow you to enter their world. The women seem to need this personal space that is formed by their own body or hair to feel safe or to hide from the outside world. Sometimes they even disappear.



Lieux-Communs exposeert Femke Gerestein haar meest recente tekeningen: een serie ruggen. Femke werkte de serie op groot formaat uit, een formaat dat ze de laatste jaren vaak hanteert. De toeschouwer moet tegen de ruggen opkijken. Tegelijkertijd zijn In de vrouwfiguren kwetsbaar, naakt zelfs in dit geval. Ze trekken de toeschouwer naar zich toe, maar wanneer hij dichterbij komt keren ze hun lichaam af en laten hem niet toe in hun wereld. De vrouwen in Femkes werk lijken deze persoonlijke ruimte die is gevormd door hun eigen lichaam nodig te hebben. Soms verdwijnen ze er zelfs in.

 
Femke Gerestein (1982, Middelburg NL) studeerde in 2004 af aan Kunstacademie Sint Joost in Breda, de academie waar ze sinds 2007 zelf doceert. Femke heeft de laatste jaren een sterke voorkeur voor tekenen ontwikkeld. De getekende lijnen vertellen over de emotie, de kracht en het uithoudingsvermogen waarmee ze zijn neergezet. Haar lijnen zijn vaak subtiel, maar de tekening in zijn geheel is erg prominent. Het sensitieve aspect van de tekening trekt aan, het fysieke karakter houdt je op een afstand, wederom een dubbelzinnig aspect.