vendredi 18 octobre 2013

Fresque de Gala Caki




Lieux-Communs souhaite aussi insérer dans l’espace urbain namurois des œuvres d’art permanentes, reflets de la création contemporaine.
Une première fresque de l’artiste polonaise Anna Zuber a été réalisée en 2012 en face de la Bibliothèque de la Ville de Namur et à l’entrée des Jardins du Maïeur.
Anna Zuber a arpenté le centre historique namurois pour y repérer les pignons ou les murs qui pourraient se prêter judicieusement à la réalisation d’une fresque.

Dans son œuvre, le mur a été conçu comme une paroi de verre permettant de redécouvrir deux arbres dans leur intégralité.
La proximité avec un lieu de culture, la Bibliothèque principale de la Ville de Namur, a également été privilégiée.
C'est la même logique qui a été choisie pour cette seconde fresque, réalisée sur l’édifice abritant le Cinéma Forum, la galerie d’art contemporain Short Cuts et la bibliothèque de Salzinnes.
L’artisteGala Caki est spécialisée dans les réalisations de grand format.
Originaire de Serbie, l’artiste a fait ses études artistiques à Novi Sad. Pour cette fresque, elle s’est basée sur les paysages urbains, l’architecture namuroise et la Citadelle de Namur.
Des parallèles existent entre ces deux villes fluviales que sont Namur et Novi Sad. A Novi-Sad, traversée par le Danube, la première pierre de la forteresse de Petrovaradin, dominant une colline, a été posée en 1692 par le Prince de Croÿ, symbole des liens et des échanges anciens entre régions européennes.
Une forteresse qui, pour l’anecdote et le clin d’œil, comporte de nombreux passages souterrains formant en tout seize kilomètres de galeries. Cette ville entra aussi, à un moment de son histoire, dans les possessions des Habsbourg. Novi Sad est enfin surnommée depuis le 19ème siècle l’Athènes serbe pour sa vitalité et son rayonnement culturel.


L ’artiste Gala Caki, née en 1987, a déjà exposé au Musée d’art moderne et au Multimedia Center de Novi Sad, à Belgrade, à Berlin, à Amsterdam, à Lisbonne, en Croatie, au Danemark…une carrière très internationale pour cette jeune artiste prometteuse de la scène artistique serbe.
Sonœuvre, réalisée à Namur pendant une dizaine de jours, se fonde sur une stylisation des volumes et des formes architecturales. Elle propose une vision personnelle des paysages urbains, de l’architecture namuroise et de la Citadelle de Namur.

Pour Lieux-Communs, il est intéressant de mettre en dialogue peinture, urbanisme et architecture. Ces relations croisées sont très présentes dans la création actuelle avec l’association fréquente d’architectes et de plasticiens comme Jean Nouvel et Daniel Buren. La peinture est d’ailleurs, pour l’architecte Richard Meier, porteuse d'un renouvellement de la perception spatiale.
Plus modestement, l’ambition de cette réalisation est également de requalifier un mur d’un bâtiment d’inspiration moderniste, mur devenu au fil du temps un chancre visuel.
La fresque de Gala Caki crée en quelque sorte une fenêtre permettant de questionner l’architecture, le thème de l’imaginaire urbain, le lien entre patrimoine et culture ainsi que tous les enjeux du développement d’une ville créative et durable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire