samedi 1 février 2014

Elodie Guillaume


A la demande de l'asbl Lieux-Communs, l'artiste namuroise Elodie Guillaume a réalisé à la gare de Namur une intégration sur sa vision de la ville de Namur. Ce projet fait écho à la fresque réalisée au Forum de Salzinnes par Lieux-Communs. A cet endroit, l'asbl avait sollicité un regard extérieur sur la ville, celui de l'artiste serbe Gala Caki.
Au départ de sa démarche artistique, Elodie Guillaume a voulu identifier les points phares de Namur par des croquis. Elle a ensuite peint des fragments de la ville selon différentes échelles, surfaces, matières, angles de vue. Elle a voulu ensuite assembler les fragments de ce puzzle urbain. A tâtons, Elodie Guillaume a exploré plusieurs voies pour essayer de capter la ville : par le biais de son imagination, de ses souvenirs liés à des lieux, grâce à des photos, des plans de la ville,... « Diverses peintures sont nées mais le dialogue entre ces fragments restait difficile. J'avais l'impression de traduire littéralement des éléments de la ville sans réussir à les capter dans leur globalité et leur essence. Ensuite en faisant le tri dans ces différents tableaux, j'en ai sélectionné trois et ai commencé à les lier en établissant des jonctions, des ponts, des parcours pour connecter ces différentes parties » explique-t-elle.
Elodie Guillaume
A l’inverse de Bartelbooth qui, dans le livre « La vie mode d‘emploi » de Perec, peignait des marines pour ensuite en faire des puzzles, Elodie Guillaume a reconstitué un ensemble au départ de fragments picturaux urbains : La vi(ll)e mode d’emploi.
« Pour moi la notion de fragment comme point de départ de compréhension d'une ville est essentiel. Une VILLE est un organisme complexe qui évolue à travers plusieurs axes parallèles et distincts tout en étant chacun en connexion directe. Une ville c'est un patrimoine architectural qui évolue lentement, c'est un flux de personnes qui se renouvelle et fluctue continuellement, c'est un ensemble d'évènements qui créent l'histoire et marquent la ville, mais c'est aussi chaque geste et chaque petite histoire qui se déroule à chaque endroit et à chaque seconde précise. La ville c'est aussi l'imaginaire qu'elle génère chez chacun de nous,... Tous ces aspects forment et constituent une ville. Chaque chose a son importance et a une incidence plus ou moins conséquente sur l'ensemble. »
Dans le tableau d'Elodie Guillaume, le spectateur découvre la Citadelle, les jardins cachés des îlots intérieurs, un coucher de soleil, la Cathédrale Saint Aubain, la vue par une fenêtre des toits de la ville, une feuille qui tombe d'un arbre, l’étendue opaque, verdâtre et mouvante de la Sambre et la Meuse...Toutes ces choses s'articulent et cohabitent pour donner son regard personnel sur Namur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire